Noueilles : étymologie


D'après la tradition et la légende, "Noueilles" viendrait de l'occitan "naou oueillos" qui signifie "neuf brebis". Dans sa monographie de Noueilles, rédigée en 1885, l'instituteur Alemane développe cette thèse, tout en reconnaissant son peu de vraisemblance. Mais l'histoire est jolie, et M. Alemane ne semble pas avoir d'autre explication à proposer...

L'étymologie selon l'instituteur Alemane (1885)

"L'étymologie du mot Noueilles a été empruntée à une famille très remarquable de la commune, les Seigneurs de Noueilles. D'après une tradition populaire, peu vraisemblable cependant, l'historique de ce nom remonterait à trois cents ans environ et la dénomination primitive de la commune aurait été "Naoueilles", mot patois qui signifiait et signifie encore neuf brebis. Voici dans quelles circonstances ce nom aurait été donné à la commune. Une pauvre fermière, veuve, eut un jour sa métairie incendiée. Maison, meubles, linge, tout fut consumé par les flammes. Il ne lui resta qu'une petite remise isolée où elle avait un petit troupeau composé de neuf brebis.

Se trouvant sans ressources, elle se vit réduite à la mendicité. Elle parcourut tout le pays pendant longtemps demandant la charité ne cessant de rappeler le malheur qu'elle avait essuyé et exprimant partout sa détresse et son infortune. Elle ne manquait jamais de dire que les seuls biens qui lui restaient, étaient neuf brebis (en patois "naou oueillos"). Ce récit lui gagnait la pitié de tout le monde et nul ne se dispensait de lui donner.

La pauvre fermière parcourut le Lauragais pendant dix ans toujours ramassant et toujours économisant. A la fin elle se trouva assez riche, non seulement pour faire rebâtir sa maison, mais même pour acheter une propriété assez considérable. La ferme fut désignée sous le nom de "Las naou oueilles" ou "Naoueilles" d'où, par corruption, on dit Noueilles."
 

L'origine latine, "novellus"

Plus prosaïquement et plus probablement - les sources sont unanimes -, le nom du village viendrait du latin "novellus" (nouveau), dérivé en "novalis", terme désignant une terre récemment défrichée et mise en culture.

Les archives portent traces des graphies de :
- "Noüellanes" (première mention de Noueilles) vers 960 ;
- "Noueïlhes" en 1496 ;
- "Noelhüs" en 1516 ;
- "Noellüs" en 1522.

Etymologie des noms de lieux de la commune de Noueilles


Etude réalisée par Lucien ARIES, de l'association A.R.B.R.E. (Association de recherches baziègeoise racines et environnement) - Mai 2005.

l Ruisseaux et rivières

La Hise ou la Hyse - La Lirgue au 18ème siècle (Carde Cassini) – La Hise est une altération de L’Irgue et provient comme l’Hers (L’Ircii) de la racine hydronymique pré indo-européenne Ir qui a donné de nombreux autres noms de rivières - La rivière.

Le Rieutort - Le début du nom vient du latin Rivus (ruisseau), qui a donné en occitan Riu. La fin du mot vient de l’occitan tort qui signifie tortu (qui est tordu ou tortueux) – Le Ruisseau tortu.

Le Toueil – Tuil au 18ème siècle (carte de Cassini) - Vient de la racine hydronymique celtique très ancienne Tol : ce nom a le sens de cours d’eau – le Ruisseau

Ruisseau de Bouscarre – De l’occitan Bosc (bois, forêt) – Ruisseau de la forêt

Ruisseau de Cizerol et Cizerol – Probablement de l’occitan Cistre (tuf, poudingue) ; le ruisseau devrait son nom à la nature du sol du lieu traversé.

Ruisseau de Graousse – de l’occitan Grau (gravier) et Graussa (graveleux) – Ruisseau de la gravière.

Ruisseau de Poc – Ce ruisseau prend sa source dans la colline toute proche de Noueilles. Probablement une altération de Ruisseau du Pog. Pog, piog, pueg, pech, désignent une colline une hauteur. Ruisseau du pech - Ruisseau de la colline.

l Lieux-dits

Baruthel – Barutel au 18ème siècle (carte de Cassini) – Provient de la racine pré indo-européenne oronymique Bar (hauteur, montagne); la fin du mot très altérée contient peut -être -aut (haut, en occitan) suivi du diminutif –el

Borde – Borde Blanche, Borde Neuve, Borde Rouge,  La Bourdette – De l’occitan Borda issu du germain Bor (planche), désignait primitivement une cabane en planche ; ce mot est suivi d’un qualificatif de différenciation – Métairie blanche, neuve, rouge, petite….

Cambou – du gaulois Cambo (Courbe avec un sens oronymique, soit de hauteur ou de colline) – Lieu au sommet.

La Gravette – de l’occitan Grava (gravier) – Lieu au sol graveleux.

Le Barry – De l’occitan Barri (rempart, fossé, faubourg) – Le faubourg.

Les Grèzes - Lasgrèzes au 18ème siècle (Carte de Cassini) - de l’occitan gres ou gresc (grés) ougresal (champ pierreux), variante de cres (terrain pierreux et maigre et où la pierre affleure) et du latinGresum (terrain rocailleux) – Terrain rocailleux.

Louvatouzes – De la racine pré indo-européen Lap (pierre, rocher) qui a donnée Lausa en occitan ; la fin du mot est le suffixe de plénitude –ouze – Lieu pierreux.

Mangounier – En occitan le mot mangonièr désigne un revendeur, un boulanger forain. Peut-être altération de Margounier, du gaulois Marga (bourbier, fange, marécage), les Fanges.

Matarel – De l’occitan Mata (buisson, bouquet d’arbres), suivi d’un diminutif. Lieu couvert de buissons.

Moutounié – De l’occitan Moton (mouton) – Lieu à moutons, landes pour faire paître les moutons, pâturage à moutons.

Noueilles - Noellus 1522, Noelhus 1516, Noueïlhes 1496, Noüellanes 960 : Du latin Novellus (nouveau, récent) qui a donné en occitan Novèl – Lieu nouvellement défriché.

Paraillet – Début du nom provient peut être de l’occitan Para (bande de terre soutenue par un mur, terrain en pente, espace inculte autour d’une maison), du latin paries (paroi) ; la fin du nom est un diminutif.

Ribes – De l’occitan Riba (rive, berge de cours d’eau, pente de coteau) – Les berges.

Saussens – Altération de Sucens ; de l’occitan Suc (sommet de colline) avec la terminaison d’appartenance –ens, éventuellement germanique (wisigothique). 

Mis à jour (Jeudi, 24 Octobre 2013 14:58)